MAINS NUES

Tai Chi

20201228_164335.jpg
mains nues Symposium Edyta Piatowska_Tri

Les bienfaits physiques

Le Tai Chi permet d'améliorer :

- les capacités respiratoires et, de ce fait, d'optimiser à la fois la fonction cardiaque ainsi que l'aptitude à l'effort ;

- l'équilibre et le temps de réaction à stabiliser une posture (favorise la mise en place des stratégies posturales et tout particulièrement celle de la hanche) ;

- la force musculaire (stimulation particulière des quadriceps) ;

- la flexibilité du tronc et la souplesse articulaire en général.

 

La pratique du Tai Chi Chuan rend possible un important travail concernant la conscience de son corps et de ses appuis au sol.

Les bienfaits émotionnels

La pratique apporte :

- une harmonisation et une libération progressive du mouvement et de la respiration qui a pour effet d'aider à éliminer certaines tensions. En portant l'attention à la respiration, les images et les pensées s'expriment sans qu’elles ne nous envahissent et ne se transforment en émotions ;

- une détente assurée du fait que le Tai Chi implique une pratique absorbante, obligeant à être bien présent.e à soi ;

- l'estime de soi renforcée par l’acquisition et la maîtrise progressive des postures, source la plus sûre et la plus constante du bien-être psychologique ;

- la confiance en soi en apprenant à accepter le regard des autres et à apprivoiser la peur et la gêne qui peuvent en résulter ;

- l'appartenance à un groupe, avec la satisfaction de réaliser en harmonie et à plusieurs des mouvements précis ;

- un sentiment de liberté et d'autonomie lors d'une pratique en solo.

mains nues groupe au parc.jpg

La pratique

La pratique est fondamentale. A la portée de tout le monde, elle permet la recherche de la tranquillité, de la continuité, de l’enracinement, du relâchement et de l’expansion dans le mouvement. 

Pratiquer régulièrement (2 à 3 fois par semaine) en groupe ou individuellement permet en effet de tirer un maximum de ces bénéfices. 

Le Tai Chi Chuan offre donc la possibilité de se sentir plus présent.e dans l'instant et d'agir avec stabilité et confiance, comportement que l'on peut ensuite appliquer à la vie quotidienne, évitant l'agitation et la dispersion.

 

Le Tai Chi Chuan à mains nues implique l’apprentissage de l'enchaînement, des techniques, des mouvements emplis de sens et d’intention. 

Ces techniques sont transmises de manière fidèle selon l’enseignement traditionnel du Maître YANG JUN (formes des 10, 22 ou 103 mouvements, forme wellness ou senior). 

La légende

mains nues Edyta en rouge à l_exterieur.

La légende raconte qu’il y a près de 600-700 ans, Zhang San Feng, moine taoïste, vivait au temple de Shaolin.

Se rendant un matin au Mont Wudang, il vit une grue et un serpent se livrer combat. L'oiseau attaquait avec des coups de bec secs et droits tandis que le serpent esquivait par des mouvements souples et sinueux pour ensuite attaquer de façon foudroyante.

Le moine comprit alors que les mouvements circulaires et ininterrompus, étaient préférables aux mouvements rigides et saccadés. Il se rendit compte que la souplesse et la flexibilité l'emportaient sur la dureté et la force.

Ayant compris cet enseignement, Zhang San Feng créa le Tai Chi Chuan.

 

Les bienfaits

Le Tai Chi Chuan (ou Taïji Quan) fait partie des arts martiaux internes d’origine chinoise. 

Il repose sur la mobilisation et l’harmonisation de l’énergie vitale, le Qi, qui dans la philosophie taoïste constitue l’un des trois piliers vitaux

La pratique du Tai Chi, accessible à tous, quel que soit l’âge ou la forme physique, est pour chacun.e l’occasion de prendre soin de soi et de vivre une parenthèse « hors du temps » favorisant la détente, la souplesse, la vitalité, l’équilibre émotionnel et l’ouverture de l’esprit.

Le Tai Chi Chuan permet de travailler et d'améliorer diverses compétences à la fois d'un point de vue physique et émotionnel.

EPEE

L'épée

Arme blanche courte, légère et souple, droite, fine et tranchante des deux côtés, l’épée se manie toujours d’une seule main, la droite. Tandis que la vraie épée est dite “Yang”, la “petite épée” est dite vide ou “Yin”, elle est formée par la main gauche, index et majeur tendus et les autres doigts repliés. Cette “petite épée” contribue à l’équilibre et peut servir à attaquer les points vitaux de l’adversaire.   

Le pompon de l’épée, souvent de couleur rouge sert à distraire l’adversaire, à le déconcentrer et l’ainsi l’attaquer par surprise.

Epee Edyta en blanc.jpg
epée compétition Symposium Edyta Piatows

La forme pratiquée avec l'épée

La légèreté caractérise la pratique du Tai Chi épée. Sur plus de 67 mouvements, 40 d’entre eux évoquent des créatures volantes, guêpes, hirondelles, oies, phénix, dragons…, et font références aux éléments comme les feuilles, le vent, le ciel… Cette pratique nous invite à "enlacer la lune", ou bien à la chasser, comme si elle était une étoile filante ou une comète. 

Notre capacité à coordonner notre technique avec notre corps nous permet d’atteindre l’Esprit du "Dragon errant dans le ciel". L’épée est un outil qui permet d’étendre le Qi jusqu’au bout de la lame.

L'histoire de l'épée

En Chine l’épée apparaît entre 1046 et 771 avant JC. Des épées ont aussi été découvertes lors des fouilles du mausolée de l’empereur Qin en 210 avant JC. Elle a longtemps été une arme de défense au quotidien et de combat en temps de guerre puis devient symbolique vers la fin du 3è siècle en servant alors d’indicateur social.

 

Tai Chi

Tai Chi

SABRE

Le drapeau

Le drapeau qui lui est attaché n’est pas seulement un ornement. De couleur vive, souvent rouge, il symbolise l’élément feu, le coeur et le phénix et sert à distraire l’adverdsaire et cacher les intentions.

La forme pratiquée avec le sabre

Son esprit rappelle le "Tigre qui marche dans la montagne" ou encore le "Lion rugissant". Le sabre est le prolongement du bras. L’énergie puisée dans la terre est amenée jusqu’au bout de la lame souple du sabre qui peut ainsi vibrer.

sabre Edyta en blanc.jpg

Comme le Tai Chi à main nue, c’est la rotation de la taille et le transfert du poids d’un pied sur l’autre qui donne sa puissance et son efficacité au mouvement. Il n’est pas besoin d’employer la force. 

Composée de 13 Chants, la forme du sabre alterne parades, attaques et contre-attaques selon les principes Yin (accueil, absorption, accumulation d’énergie) et Yang (restitution, déploiement d’énergie). 

sabre Edyta en rouge à l_exterieur.jpg

L'histoire du sabre

Entre 220 et 280 l’épée est remplacée par le sabre sur les champs de bataille. 

Le sabre est l’arme usuelle du fantassin chinois apportée par les Mongols pendant la dynastie Yuan.

 

Les pompons et les drapeaux sur les armes sont des décorations. Ils sont là pour embellir l’arme et équilibrer l’énergie. En suivant le mouvement de l’épée ou du sabre, ils servent de leurre et de fouet dans l’attaque, ils stimulent le pratiquant et en même temps distraient l’attention des opposants.

 

Tai Chi

TUISHOU

Le Tuishou fait partie intégrante des exercices du Tai Chi Chuan. Il est un moyen de développer l’écoute entre partenaires en mouvement, et ainsi de ressentir l’échange des forces et d’énergie qui s’exercent et de les transformer à son propre avantage. Il permet ainsi d’évaluer la qualité des équilibres, le dosage du tonus et la clarté des intentions entre partenaires. La poussée de mains est aussi une approche orientée vers une attention mutuelle (comment se rendre disponible à l’autre afin de trouver le bon geste).

La pratique du Tuishou

La pratique du Tuishou, aussi appelée “mains collantes” implique un contact ininterrompu des bras et des mains dans le mouvement entre les deux partenaires, à pieds fixes ou mobiles. Les partenaires se font face, les mains contrôlant coudes et poignets.

 

Le Tuishou est une manière de combattre en collant à l’adversaire pour contrôler ses mouvements et exploiter les failles de son équilibre (c’est à dire ses zones de vide), comprendre son intention (là où il/elle place son attaque), ressentir l'endroit où la frappe arrive, la neutraliser puis la renvoyer par la poussée. 

Les bienfaits

Cette pratique sensibilise au contact et au toucher ainsi qu’à la capacité à s’adapter à son/sa partenaire en acceptant son énergie plutôt qu’en s’y opposant. Ces exercices se font sans force, et, même dans une application martiale il s’agit d’absorber l’énergie de l’autre pour la renvoyer à travers le pousser de mains. On développe ainsi l'équilibre, la stabilité, l'ancrage ainsi que la souplesse de la taille, du dos, des hanches et des genoux. 

DSC_0075.JPG
tuishou Edyta et Duc en salle.jpg
 

Nous sommes enfuis sous des milliers d'étoiles. Et parfois nous nous en apercevons, nous remuons la tête,  oh juste quelques secondes. 

C'est ce que nous appelons du beau temps ".    - Ch. Bobin

Qi Qong

Selon l'enseignement du Maître SUN Fa

Des mouvements simples pour développer l’écoute du corps, l’équilibre, prendre conscience de l’espace, trouver son enracinement et ses appuis, éveiller la perception corporelle par les mouvements coordonnés. Apprendre à s’aider soi-même par un éventail de techniques traditionnelles visant à un rééquilibrage énergétique et la détente. C’est une voie de santé qui unifie le corps et l’esprit, accessible à tous et à tout âge. 

Ba Qua QI Gong

Ce Qi Gong s'appuie sur les mêmes principes philosophiques que l'art martial Bagua c'est à dire sur le "Yi Jing" ou "Livre des Mutations". Les exercices se pratiquent selon huit positions combinées à huit directions, engendrant ainsi 64 formes.  Illustrant huit images, symbolisant les qualités physiques et spirituelles de huit animaux (lion, serpent, ours, dragon, phénix, coq, singe, chimère), nous sollicitons ici, huit respirations, des mouvements de torsion...pour accentuer le travail au niveau des méridiens.

Un grand accent sur l’utilisation de l'intention ( Yi ),  qui est la conscience qui guide et qui produit réellement de l'énergie et le rôle de la taille dans le mouvement.

C’est un Qi Gong pour nous tous, particulièrement bénéfique pour les pratiquants de Tai Chi Chuan et autres arts martiaux.

Qi Gong Edyta et élèves en cours.jpg

Song Yi Gong

“Song Yi Gong” signifie "travail de détente par l’intention" : c'est un exercice pour lâcher l’esprit.

D'après le Maître SUN Fa, ce Qi Gong comprend 12 mouvements complexes qui agissent sur l’ensemble du corps physique et énergétique. Leurs noms évoquent des images de nature ou renvoient à des histoires traditionnelles chinoises : " Ouvrir la porte pour regarder la Montagne,  Nu Wa répare le Ciel, la Grue marche sur le chemin de bambou..."

Cette imprégnation poétique plonge le pratiquant dans une atmosphère propice. Elle le guide aussi vers la juste réalisation énergétique du mouvement et vers l’élévation de l’âme. Le Qi circule dans tout le corps. 

L’enseignement s’effectue sous forme de cours réguliers et de stages.  

 

Abdos sans risque®

Les exercices sont construits selon une progression de mouvements qui mettent en jeu les abdominaux et le tronc en évitant les pressions sur le périnée, la paroi abdominale et en protégeant la colonne vertébrale.

La méthode est pensée pour renforcer ses muscles sans courir de risque. 

C'est une façon de travailler, mêlant constamment le renforcement, les étirements, le relâchement et les différentes coordinations des muscles abdominaux.

Ces exercices se font sur des respirations aussi bien abdominales que costales. 

Cette activité douce diffère totalement des mouvements répétitifs pratiqués dans les exercices d’abdos traditionnels.

Les bienfaits

Renforce les abdominaux, tonifie les muscles, améliore la coordination et l’équilibre.

La méthode Abdos sans risque®, ne peut être enseignée que par les personnes certifiées par Blandine Calais-Germain. Edyta est professeur certifiée depuis 2012.

Abdos-sans-risque.jpg

Lire plus d'informations sur les abdos sans risque®

Lire un article du Progrès sur les abdos sans risque®

 

Self Defense Senior

Les arts martiaux externes ont une expression plus visible et plus dynamique (par exemple Kung Fu ou karaté) par opposition aux arts martiaux internes dont l’expression est intériorisée et méditative (par exemple le Tai Chi ou le Qi Gong).

Vous vous dites qu’à votre âge, c’est vraiment trop tard pour jouer les Bruce Lee, et que même si vous avez pratiqué en des temps plus ou moins lointains, ce n’est vraiment plus pour vous.

D’une certaine façon vous avez raison mais dès lors que l’entraînement est adapté à l’évolution de notre corps et que l’on prend en considération les limites que l’âge nous impose, cette pratique est possible.

Nous vous proposons de l’expérimenter par la pratique du Vo Vietnam, art martial d’origine vietnamienne, dans une forme spécialement adaptée aux seniors (50 ans et plus). A travers cette discipline, nous vous invitons à maintenir ou améliorer votre forme physique par une pratique tonique mais respectueuse des limites de chacun et de découvrir ainsi un autre volet des arts martiaux asiatiques.

L’objectif ne sera pas ici de former des sportives et sportifs de haut niveau, ni des combattant.e.s

« affutés » ou des artistes martiaux, mais il s’agira de réveiller ou retrouver en vous par un travail physique  adapté une énergie insoupçonnée, de la souplesse, de la coordination, de l’équilibre, vous permettant d’acquérir des gestes et postures de self-défense.

Le Võ-Viêt-Nam

L'école de Võ-Viêt-Nam Son Long Quyên Thuât a été créée en France dans les années cinquante par le maître Nguyên Duc Môc. Il nomma cette école "Son Long Quyên Thuât" (technique de combat de la montagne du dragon) en souvenir de la colline "Son Hoan Long" (la montagne du dragon restitué) où il vécut enfant au nord du Viêt-Nam.

Comme la plupart des arts martiaux externes, la pratique du Vo repose sur 6 piliers : la souplesse, l'équilibre, la rapidité, la précision, la force et le mental.

Même s’il est vrai qu’avec l’âge, certaines de ces capacités s’amenuisent, il n’est pas interdit de ralentir le processus et même de retrouver un potentiel parfois enfoui que le culte de la performance permanente nous empêche de rechercher.

L'étude du Võ se fera essentiellement par les Thao. Ils sont au Võ Vietnam ce que sont les kata au karaté ou au judo, ou pour ceux qui ne connaissent pas les arts martiaux, la conversation à l’apprentissage d’une langue. Les thao sont des enchainements de positions (attaques, défenses, esquives, frappes...) effectués dans le vide. Chaque mouvement  permet à l'élève de travailler sa technique en imaginant un adversaire réel. Chacun peut privilégier dans sa pratique l’aspect martial, physique, ou simplement chorégraphique. Les Thao se déclinent dans un ordre graduel de difficulté, permettant une évolution progressive des pratiquants.

La self défense (Vo tu Ve)

Par définition un art martial est à la base une technique de combat. Chaque discipline a suivi sa propre tradition, mais toutes ont développé des techniques pouvant être exécutées dans des situations d’agression. Ces techniques ne sont pas celles appliquées sur un champ de bataille au cours de combats épiques, mais plutôt applicables au coin de la rue.

Elles sont souvent simples et ne nécessitent pas de compétences physiques particulières. Mais là encore, il ne s’agira pas de former des agents de sécurité, mais de connaître quelques éléments fondamentaux qui peuvent permettre de se tirer sans dommage, ou à moindre mal, d’une situation périlleuse.

Elles ne seront pas dissociées de l’apprentissage du Vo Vietnam ; il ne s’agit pas de cours spécifiques de self défense, mais des passerelles seront en permanence établies entre l’art martial et l’application pratique.

L’encadrement

Les cours seront assurés par M. Jean-Louis Roche, pratiquant le Vo Vietnam depuis plus de 40 ans, professeur diplômé de la Fédération de Võ-Viêt-Nam Son Long Quyên Thuât- France.

 

Peinture traditionnelle

Chinoise

« Il faut savoir qu’imprégner le papier d’une seule goute d’encre n’est pas une mince affaire ; 

Il faut que le cœur se fasse immense et vide, sans plus contenir un seul objet. »

LI RIHUA, XVIIe SIECLE

Découvrez les techniques anciennes, qui nous amènent à rassembler les énergies dispersées et à se centrer. Les gestes appuyés ou levés, sentez les différences et construisez en restant dans les sensations,.... apprenez à imprégner votre pinceau, trouvez un équilibre entre les quantités d’eau et de pigment…  "Pinceau absent, idée présente"-  étude sur l’importance du vide et plein dans la peinture chinoise.

peinture stage.jpeg

Principaux thèmes

Paysages, montagnes, eau…(Shãn  shui) 

Nous allons construire les paysages abstraits ou figuratifs selon le style SIEY. Avec la présence de 6 éléments des paysages chinois traditionnels : les rochers, les arbres, les chutes d’eau, les rivières, les personnages, les maisons...

Ouvert à toute personne motivée, en petit groupe cet atelier permet une progression individuelle dans une ambiance chaleureuse.

Le poème est une peinture invisible

 

La peinture est un poème visible.

 

       GUO XI, XIe SIECLE